miércoles, 14 de enero de 2009

Terrifiante

Josh Cohen [<] es el patrón de Google News. Fue repasado por los editores de diarios en una de las audiencias de los Estados Generales de la Prensa que se celebran en París. Libé le entrevista. Dice unas cuantas cosas saludables:

::Vous attendiez-vous à autant d’agressivité?
>>Je n’étais pas choqué. La presse traverse une période terrifiante […]. Son modèle économique est en train de basculer. Quel est le futur des journaux ? Nous nous attendons à ce genre de débats avec les éditeurs et c’est important d’expliquer comment nous pouvons travailler en partenariat et aborder les étapes à venir.
La consommation d’informations ne décline pas, elle est même plus importante que jamais. De plus en plus de gens cherchent des informations, et c’est en ligne qu’ils veulent les lire. Google souhaite continuer à aider les éditeurs de presse à tirer avantage de cette opportunité de lecteurs avides d’informations consommées sur de nouveaux supports.

:: Quelles sont vos propositions pour aider la presse?
>>Il existe trois niveaux sur lesquels jouer:
gagner plus d’utilisateurs (trafic), avoir un meilleur contenu, ou gagner plus d’argent avec plus de publicité. […] Côté trafic, Google News est un exemple d’application qui peut servir à avoir plus de lecteurs. Le numérique ne pose pas de limites géographiques à la distribution. Les journaux en ligne peuvent toucher des milliers de nouveaux lecteurs sans imprimer le moindre exemplaire supplémentaire. Deuxièmement, Google ne crée pas de contenu, n’est ni éditeur ni journaliste. Nous sommes une entreprise de technologie dont les outils peuvent servir à apporter de la valeur ajoutée aux sites d’information. En novembre, par exemple, le Los Angeles Times s’est servi de Google Maps pour montrer l’avancée de l’incendie. C’est impossible dans le monde de l’imprimé. Quant à la publicité, le hic aujourd’hui pour les journaux, c’est que les recettes ne correspondent pas à la fréquentation des sites. Quand un média naît –radio, télévision et maintenant Internet–, les gens y vont, la publicité suit. On est dans une période de transition : de plus en plus de gens passent du temps en ligne, les dollars vont suivre.

:: Comment voyez-vous le futur de l’information en ligne?
>>Les changements poussent les éditeurs à explorer de nouvelles pistes de journalisme. Le journal et le journaliste ne détiennent plus la parole divine. Il faut désormais compter avec les lecteurs, reconnaître l’importance des différents points de vue. Internet est un autre média, l’information en ligne peut raconter des histoires sans être le décalque du papier sur un écran d’ordinateur.

Elemental, querido Cohen. Bien. Gracias, Gran Carlos. Bien también.